PLATINUM END – TOME 03

Type : Shônen

Genre : Fantastique

Scénario : Tsugumi Ohba

Dessins : Takeshi Obata

Éditeur : Kazé

Nombre de pages : 192

Date de sortie : 23 novembre 2016

Prix : 6,99 €

 

 

De quoi ça parle :

Saki, Mirai et leurs anges se trouvent, face à face, avec un nouveau candidat,  mais ils n’ont pas confiance en lui et préfèrent se tenir à distance. Cependant, les anges peuvent savoir immédiatement si quelqu’un ment et Nasse innocente, rapidement, ce candidat au poste de Dieu. Saki et Mirai décident donc de se fier à elle quand elle leur confirme que ce nouveau personnage, prénommé Mukaidô, souhaite, réellement, s’allier à eux.

Mukaidô, leur explique qu’il souffre d’un cancer, en phase terminale, et qu’il n’y a plus d’espoir pour lui. C’est la raison pour laquelle il a pris la décision de consacrer le peu de temps qui lui reste à aider un candidat méritant vraiment de devenir le nouveau Dieu.

Les deux adolescents ont, désormais, un allié précieux. En effet, Mukaidô a utilisé ses flèches rouges pour contrôler des psychologues et des détectives afin d’identifier les autres candidats…

 

Mon avis :

L’arrivée de Mukaidô change complètement la donne : ce dernier, contrairement à Saki et Mirai, est, en effet, prêt à tous les sacrifices pour mener à bien la mission qu’il s’est octroyée. Les chances de victoire contre Metropoliman sont, de ce fait, désormais, bien plus grandes.

Tout n’est, pourtant, pas réglé pour autant. En fait, Metropoliman dispose, également, de nouvelles ressources : Il contrôle, dorénavant, une tueuse en série. Il la pousse à commettre des meurtres atroces, dans l’espoir de faire réagir nos héros et qu’ils soient, ainsi, tentés de se jeter dans la gueule du loup. Bien que flairant le piège, Mirai et Mukaidô, se sentent contraints d’agir et vont, malgré tout, affronter Metropoliman. Incapable de tuer, même un dangereux criminel comme Metropoliman, Mirai n’est pas d’un grand secours.

Ce nouveau tome est vraiment excellent et contient tout ce qu’il faut pour plaire : de l’action, du suspense et beaucoup de tension, du début à la fin. Nous restons dans la lignée des deux premiers tomes et c’est bien plaisant. L’intrigue contient, également, beaucoup de retournements de situation. On y retrouve le style, si particulier, de l’auteur de Death Note. Les dessins de Takeshi Obata sont d’une efficacité remarquable ce qui confirme son immense talent.

Pour finir, je dirai que Platinum End se complexifie, de manière intelligente, tout en restant facile à lire. Et, une fois de plus, la fin attise notre impatience pour la lecture de la suite.

 

Ma note : 15/20

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*