Mickey et l’océan perdu

Scénario: Denis-Pierre Filippi

Dessins : Silvio Camboni

Éditeur : Glénat Disney

Genre : Aventure

Date de sortie : 03 janvier 2018

Nombre de pages : 64

Prix : 15 €

 

De quoi ça parle :

L’histoire débute dans le Grand Nord de L’Ouralie, dix-sept ans après le Grand Conflit. On retrouve Mickey, Minnie et Dingo qui se préparent à aller récupérer, dans une épave, une sorte de combustible très rare appelé Coralite. L’épave se trouve être un cargo quadrimoteur, de type Asimov IV, comportant, normalement, deux compartiments de combustible. Alors que Mickey s’équipe pour aller explorer l’épave, tous espèrent que cette fois-ci sera la bonne et qu’ils auront fini l’intervention avant l’arrivée de Pat Hibulaire, le grand ennemi de Mickey. Hélas, alors que notre héros ne peut que constater l’effet désastreux d’une fuite de Coralite, sur les fonds marins, Pat Hibulaire et son équipe arrivent et embarquent l’épave à l’aide de grappins. Mickey tente, désespérément, de détacher un réservoir…

 

Mon avis :

Les éditions Glénat continuent de nous offrir de superbes bandes dessinées originales de l’univers de Mickey. Elles sont, qui plus est, faites par des auteurs français. En ce qui concerne Mickey et l’océan perdu, ce sont le scénariste, Denis-Pierre Filippi et le dessinateur, Silvio Camboni qui ont eu la chance de travailler sur la plus célèbre souris du monde.

Dans cette aventure palpitante, l’auteur a imaginé un Mickey aventurier. Mais, comme vous pouvez vous en douter, tout ne va pas se passer selon ses plans car Pat Hibulaire, son fidèle ennemi, n’est jamais très loin avec, comme toujours, un mauvais tour à jouer à Mickey.

Contrairement à bon nombre de bandes dessinées, consacrées à la souris des studios Disney, celle-ci est en couleurs, pour le plus grand plaisir des yeux. Les planches sont vraiment sublimes ; c’est d’ailleurs cette qualité graphique qui m’a, en tout premier lieu, donné envie de me procurer ce petit bijou au style steampunk, complètement assumé. On se croirait dans l’univers de Jules Vernes.

Les couleurs, elles aussi, font, selon moi, de cette bande dessinée, un chef d’œuvre visuel. Le travail est juste parfait, au point que l’on prend toujours le temps de regarder, attentivement, les décors, avant de passer à la page suivante. En ce qui concerne l’intrigue, elle nous change complètement de l’univers dans lequel nous avons l’habitude de voir évoluer Mickey. Ce risque s’avère être un pari réussi, à tous points, de vue. Elle enrichit, de surcroît, ce personnage mythique.

Je ne peux donc que vous conseiller de foncer, tête baissée, dans cette formidable aventure pour les grands et les petits. Ne serait-ce que pour sa qualité graphique.

 

Ma note : 19/20

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*