KARMA SALSA – TOME 3/3

Scénario : Philippe Charlot / Callède

Dessins : Fred Campoy

Éditeur : Dargaud

Genre : Action / Aventure

Date de sortie: 11 avril 2014

Nombre de pages : 46

Prix : 13,99 €

 

 

De quoi ça parle :

Depuis qu’il est sorti de prison, Ange est poursuivi, à la fois par les membres d’une mafia, dont il faisait, lui-même, partie, et par un duo de policiers pas plus respectueux des lois que ne le sont les mafieux. Tous ont, cependant,  la même motivation : récupérer les 2 millions de dollars qu’Ange a planqués, vingt ans plus tôt. En pleine jungle sud-américaine, notre héros vient à peine de délivrer sa fille qui était la captive d’un groupe de bandits,  que celle-ci se fait attaquer par un léopard. Il parvient à la sauver de justesse, mais se fera lui-même, grièvement blesser. Il est alors recueilli par une tribu d’Indiens qui arrivent à le remettre sur pieds. Mais, la paisibilité de leur séjour, au sein de la tribu, est de courte durée… le repos forcé a permis à leurs poursuivants de les rattraper.  Tout le monde semble bien décidé à mettre la main sur le butin caché !

 

Mon avis :

Cette trilogie se termine assez bien, dans l’ensemble. La conclusion est surtout  très cohérente avec les deux premiers tomes. Nous avons droit à quelques révélations présentées sous forme de flashbacks. Elles sont bienvenues dans le scénario, d’autant plus qu’elles permettent d’humaniser toujours plus notre héros. On apprend, notamment, d’où lui vient cette extrême violence qui sommeille en lui.

En revanche, la série n’arrive pas à sortir de son côté « nanar » ! Cela ne m’a pas dérangé, personnellement, mais je suis conscient que cela peut en rebuter certain. En effet, l’intrigue et les personnages font très « films des années 80 – 90 ». Étant, quant à moi, amateur de ce type de cinéma, j’ai évidemment adoré la trilogie.

Les créateurs de Karma Salsa ont, dans l’ensemble, fait du très bon travail. Ils ont réussi à équilibrer la noirceur, l’action et les scènes où il y a un peu plus d’émotion.

Parlons maintenant des dessins : Campoy a fait un super travail, parfaitement en relation avec les couleurs de Sutter. La mise en scène est percutante et les flashbacks en noir et gris contrastent super bien avec le vert criard de la jungle.

Pour en finir avec la critique de la trilogie, je dirai tout simplement que c’est une réussite. L’histoire, les personnages et les couleurs sont en adéquation. Le rendu est vraiment top, au point que l’on regrette presque que tout s’arrête là.

 

Ma note : 15/20

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*