DEADPOOL – TOME 03 – Le bon, la brute et le truand

Scénario : Gerry Duggan / Brian Posehn

Dessins : Declan Shalvey / Scott Koblish

Genre : Action / Super-Héros

Collection : Marvel Now

Nombre de pages : 160

Date de sortie : 03 février 2016

Prix : 17,50 €

 

 

De quoi ça parle :

Dans un New York des années 70, notre ami Deadpool tombe sur une annonce, dans le Daily Bugle, parlant des « Héros à louer ». Pensant avoir affaire à une offre d’emploi, il se rend immédiatement dans le bureau de Power Man (Luke Cage) et d’Iron Fist (Danny Rand) en explosant leur porte. Les deux héros à louer n’ont aucun respect pour le mercenaire disert. Ils tentent donc de mettre Deadpool à la porte, mais celui-ci parvient néanmoins à entendre une cliente demander les services de Luke Cage et d’Iron Fist. Il semblerait qu’un homme, dénommé « l’Homme Blanc », extorque la femme en question. Il aurait, également, des vues sur la fille de celle-ci. Travaillant sous couverture, Luke Cage et Danny Rand se fondent dans le décor de la boutique de leur cliente. Tout semble se passer comme prévu, jusqu’au moment ou Deadpool débarque, vêtu comme un mac. Son idée était d’attirer l’attention de l’Homme Blanc. À la surprise générale, le plan fonctionne tellement bien de Deadpool et la fille de la gérante du magasin se font kidnapper…

 

Mon avis :

Le premier chapitre de ce Comics se déroulait dans les années 70. Il sonnait alors comme une aventure un peu simpliste, juste là pour faire rigoler le lecteur. Mais détrompez-vous : en fait, ce petit interlude servait de point de départ à l’intrigue de ce troisième opus. Le deuxième épisode est, d’ailleurs, une suite du premier. Il  réunit, de nouveau, Luke Cage, Danny Rand et Deadpool, pour une autre aventure, en lien avec la première, mais à notre époque. Ces deux épisodes vont ravir les fans du mercenaire le plus célèbre de chez Marvel. Ils sont vraiment excellents, mais la suite se trouve être encore meilleure.

Notre héros va, de nouveau, se trouver face à son douloureux passé, avec le retour du programme Arme X. L’ambiance générale s’en trouve fortement assombrie, tout en présentant un grand intérêt. Les auteurs nous montrent, en effet, que Deadpool n’est pas, uniquement, une personne inconsciente, mais qu’il est, également, capable de ressentir des émotions.

Au niveau du graphisme, Scott Koblish parvient à imiter le style de Romita Jr à la perfection.  Shalvey, dans une approche plus épurée, nous livre, quant à lui, une performance qui rend la deuxième partie de l’album, certes différente, mais tout aussi efficace.

Que vous soyez fan de Deadpool ou de l’univers Marvel en général, je pense que vous serez comblé et ravi par ce troisième tome qui prouve, une fois de plus, que le mercenaire disert est plus intéressant que vous ne le pensiez.

 

Ma note : 18/20

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*