DEADPOOL – TOME 02 – Il y a le diable, le soleil et la mer

Scénario : Gerry Duggan / Brian Posehn

Dessins : Scott Koblish / Mike Hawthorne

Genre : Action / Super-Héros

Collection : Marvel Now

Nombre de pages : 136

Date de sortie : 26 août 2015

Prix : 15 €

 

 

De quoi ça parle :

L’histoire commence au siège du célèbre journal Daily Buggle où, comme à son habitude, J.J. Jameson pousse des hurlements de mécontentement dont lui seul a le secret. Cette colère est due au fait qu’il n’y a rien d’intéressant à mettre à la une de son canard ! Il charge Peter Parker de faire de nouveaux clichés de l’homme araignée. À peine sorti du bâtiment, Peter tombe nez à nez avec Flash Thompson, un ancien camarade de lycée, avec qui notre jeune photographe n’a jamais eu de bonnes relations. Celui-ci est stationné sur une place interdite et il ne tient absolument pas compte des critiques de Peter à son égard.

Un personnage, que Parker voit pour la première fois, débarque à ce moment là. Il s’agit de Deadpool. Notre mercenaire préféré vole la voiture de Flash et fonce sur la route, comme un malade, jusqu’à ce qu’apparaisse un homme d’affaires, sorti de nulle part. L’homme propose un étrange contrat à Deadpool : Il s’agit de faire retomber Tony Stark (alias Iron Man) sous l’emprise de l’alcool…

 

Mon avis :

Le premier épisode, de ce deuxième tome de Deadpool, commence par une aventure qui se déroule dans les années 70, ce qui casse le cheminement linéaire de l’intrigue. Ce coup de force est tellement bien réussi, par Scott Koblish, que l’on pourrait croire facilement que le mercenaire disert faisait partie intégrante des aventures de Spider-Man à cette époque.

Dès le second épisode, nous reprenons la suite des événements du premier tome. Nos héros sont, donc, toujours à la recherche d’un moyen de sortir l’agent Preston de la tête de Deadpool pour la ramener à la vie. Ce dernier remplit, pour cela, des missions délivrées par Vetis, un démon en quête de plus de pouvoirs. Le récit est toujours aussi fun, avec des répliques percutantes et très drôles.  Les auteurs nous offrent, une fois de plus, un excellent album.

Au niveau des dessins, Mike Hawthorne, dessinateur, dorénavant  attitré, de la saga, se trouvait devant le gros challenge de succéder à Tony Moore. Eh bien, je dois reconnaitre que, selon moi, le pari est relevé. Ses planches se révèlent d’une incroyable précision.

Je vous encourage fortement à suivre cette série qui mérite vraiment le détour et change des autres super-héros. Trash, drôle et novateur, avec Deadpool, vous êtes sûrs de faire le bon choix.

 

Ma note : 18/20

 

 

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*